Centres de santé communautaire

Un CHECKPOINT est un centre de santé communautaire pour les hommes gay et les autres hommes qui ont du sexe avec des hommes (HSH), et pour les personnes trans* et leur partenaires.

La masturbation

Branlette

Jeux de doigts

Se masturber ça fait du bien! Seul•e, à deux, à trois, ou à plus encore. Tout ce dont on a besoin, on l’a à portée de main. On peut donc la pratiquer presque partout et en tout temps. Et ne vous laissez surtout pas raconter que ce n’est pas une pratique sexuelle. Pour beaucoup, c’est au contraire la plus importante et la plus belle.

La masturbation permet un plaisir sexuel en stimulant les organes génitaux ou l'anus pour aller ou non jusqu’à l’orgasme. Cela permet de connaître les réactions de son propre corps et de celui de l’autre.

Entre 15 et 18 ans, 93% des garçons disent s’être déjà masturbés. Après cet âge, le pourcentage n’augmente presque pas. Quelques garçons ne se masturbent peut-être donc jamais !

A 18 ans, 45 % des filles connaissent la masturbation. Mais ce pourcentage augmente ensuite très progressivement avec le temps au fil des années mais sans jamais atteindre les 100 %.

La masturbation est une des pratiques sexuelles les plus sûres.

Branlette

La « branlette » est une manière de connaitre les réactions de son corps et permet de prendre du plaisir et de s’entraîner à retarder son éjaculation. C’est un apprentissage très utile pour le jour où l’on pénètrera la première fois. Dans le cadre d’une masturbation à plusieurs, attention à ce qu’aucun sperme étranger n’entre en contact avec les muqueuses (bouche, anus, verge, vagin). Le sperme ne doit pas servir de lubrifiant, même si le rapport se limite à cette pratique sexuelle.

Jeux de doigts

Faire courir ses doigts sur le corps de l’autre et les glisser à l’intérieur est excitant. Cela peut mettre le feu et ainsi servir de préliminaire à bien d’autres jeux.

Une transmission du VIH est peu probable. En revanche, les doigts peuvent être porteurs de bactéries, de parasites et de certains virus.

Afin de réduire les risques de transmission, il est possible d’utiliser des gants ou des doigtiers en latex ou en silicone ainsi que du lubrifiant (à base d’eau ou de silicone) afin de permettre un glissement plus agréable.

Cette protection perd tout son intérêt si les doigts ainsi couverts passent de l’intérieur d’un corps à l’intérieur d'un autre.

Se doigter exclusivement de manière réciproque peut être un bon compromis et assurer une pratique safe. Si l’on souhaite se doigter sans protection, il faut faire attention aux risques de blessures et pour les éviter penser à se couper et à se limer soigneusement les ongles.

Dans l’anus

Lors d'un doigtage anal, il existe un léger risque d’infection par des bactéries/parasites intestinaux et de contracter une hépatite ou d’autres IST (Infections Sexuellement Transmissibles).

Une douche anale préalable peut diminuer ces risques (Utilisez une poire que l’on trouve dans les commerces spécialisés).

Il est par ailleurs recommandé de se faire vacciner contre les hépatites A et B.

Dans le vagin

Les doigts ne doivent pas passer d’un vagin à un autre, ni d’un anus à un vagin afin de limiter les risques de transfert de bactéries ou de parasites.