Centres de santé communautaire

Un CHECKPOINT est un centre de santé communautaire pour les hommes gay et les autres hommes qui ont du sexe avec des hommes (HSH), et pour les personnes trans* et leur partenaires.

Les démarches urgentes en cas d'agression

Après une agression portant atteinte à l’intégrité (physique, psychique ou sexuelle), voici les premières démarches à effectuer.

Démarches urgentes

Preuves

Préserver tout indice de violence et utiliser tout moyen utile pour en conserver les traces.

  • Préserver tous les indices utiles :
    • Ne pas se laver (du tout).
    • Ne pas nettoyer ses vêtements avant un examen médico-légal.
       
  • Réunir des informations  :
    • Descriptifs des agresseurs et de leur véhicule.
    • Prendre des photos, si possible datées, en cas de blessures ou de dégâts matériels visibles.
    • Prendre l’identité d’éventuel·le·s témoins.

Soins médicaux

Consulter au plus vite un•e médecin (urgences de l’hôpital, permanences, médecins privés, etc.) pour recevoir les soins nécessaires. Ce sera l’occasion de faire établir un constat médical qui augmentera les chances de faire reconnaître la violence vécue.

Faire établir un constat médical avec description détaillée des lésions physiques et de l’état psychique qui augmentera les chances de faire reconnaitre les violences vécue. Le constat médical n’oblige pas à déclencher une procédure pénale, mais fournira des éléments de preuves si une procédure est décidée plus tard.

Dénonciation / Plainte

Les auteurs de violence profitent de la peur ou de la gêne des hommes, notamment des gay et des autres hommes ayant des rapports avec des hommes, et des personnes trans* à déposer une plainte. Il est cependant impératif de le faire afin d’éviter que ces actes restent impunis et sans conséquence pour leurs auteurs. En outre, la plainte pénale, comme le fait d’en parler à son entourage ou à des professionnel·le·s, fait partie d’un processus permettant de surmonter les séquelles d’une agression.

Une plainte peut être déposée dans un délai de 3 mois depuis le jour de l’agression. Les faits peuvent être signalés directement à la police (à la police judiciaire ou au commissariat du quartier où l’agression a eu lieu) ou par écrit auprès du Procureur Général. Le Centre LAVI du canton peut apporter son soutien et son expertise pour la rédaction de la plainte, son dépôt et la suite de la procédure.

Il est à noter que certaines infractions sont poursuivies d’office, ce qui signifie que non seulement la victime elle-même, mais aussi toute personne ayant connaissance des faits de violence peut les signaler aux autorités (police ou Procureur Général) qui sont dès lors tenues de poursuivre ces infractions. C’est en particulier le cas des homicides ou tentatives d’homicide, des lésions corporelles graves, de la séquestration, des enlèvements, de la contrainte, des infractions contre l’intégrité sexuelle ainsi que, dans le cadre de la violence conjugale, des voies de fait répétées, menaces et lésions corporelles simples.

Plus d’infos sur le site www.aide-aux-victimes.ch

Violence conjugales

En dehors des recommandations génériques en cas d'agression, lorsque les violences interviennent dans le cadre d’un couple ou même d’une relation plus occasionnelle, voici des informations spécifiques:

Sécurité, protection

Voici quelques mesures qui peuvent contribuer à assurer une protection et à éviter de nouvelles agressions:

  • Faire intervenir la police.
  • Déposer une plainte pénale et se constituer partie civile.
  • Solliciter l’aide de proches ou de professionnel-le-s, notamment les organismes communautaires.
  • Réfléchir à des scénarii de protection (mise à l’abri, ajout de verrou de sécurité ou changement de serrures, accompagnements lors de déplacements, information au voisinage, etc.)

Dénonciation / Plainte / Poursuite d’office

Depuis avril 2004, la violence conjugale est poursuivie d’office y compris pour les couples de personnes de même sexe, même en l'absence de partenariat enregistré. Cela signifie qu’une plainte de la victime n’est plus nécessaire pour ouvrir une procédure pénale. Ainsi, toute personne ayant connaissance de faits de violence peut les signaler aux autorités (police ou Procureur général) qui sont dès lors tenues d’engager des poursuites.

Plus d’infos sur le site www.aide-aux-victimes.ch

Trouver du soutien après une agression

Après une agression, il est possible de :

  • Consulter un service hospitalier ou un•e médecin en urgence pour une prise en charge médicale.(cf. au dessus).
  • Consulter un•e médecin à n’importe quel moment si l’on estime que sa santé a été atteinte par cette agression. Demander un soutien psychologique selon les besoins.
  • Porter plainte. Cette démarche est importante et souvent sous-estimée dans le processus de reconstruction après un événement traumatique
  • Consulter le CHECKPOINT qui peut soutenir et informer sur les démarches à entreprendre et les services à votre disposition notamment communautaires.