Centres de santé communautaire

Un CHECKPOINT est un centre de santé communautaire pour les hommes gay et les autres hommes qui ont du sexe avec des hommes (HSH), et pour les personnes trans* et leur partenaires.

Pénétrations

Anales

Vaginales

Avec des jouets

Toute pénétration vaginale ou anale par un pénis ou un objet nécessite d’être protégée pour réduire le risque de transmission d’une IST (Infection Sexuellement Transmissible).

Quel que soit l’orifice, seul préservatif neuf à usage unique utilisé correctement permet d'éviter tout risque vis-à-vis du VIH et de réduite le risque pour les autres IST.

A chaque changement de partenaire ou d’orifice, il faut changer de préservatif. Il est également recommander d’utiliser un lubrifiant adapté (à base d’eau ou de silicone) et en quantité suffisante pour le confort et éviter les ruptures de capote.

Matériel de protection

Anales

La pénétration anale sans préservatif est la pratique sexuelle la plus risquée concernant la transmission du VIH et d’autres IST (Infections sexuellement transmissibles).

Se faire pénétrer sans préservatif est la position la plus à risque.

La muqueuse du rectum étant très perméable, elle constitue une voie très efficace pour apporter une substance dans le système sanguin, notamment par usage de suppositoires. C’est la même voie qu’emprunte le VIH !

De plus, lors d’une pénétration anale, même s’il n’y a pas de saignement apparent, les muqueuses sont toujours abîmées, ce qui facilite l’entrée du VIH et autres agents pathogènes dans l’organisme. Même sans éjaculation (dipping), une transmission du VIH et d’autres IST est possible !

Pénétrer n’est pas sans risque

La muqueuse du pénis est aussi une porte d’entrée très réceptive au VIH. C’est pourquoi, pénétrer sans préservatif est également à risque d’infection. En effet, cette muqueuse se trouve directement en contact avec celle du rectum que la pénétration vient altérer provoquant des saignements souvent invisibles, vecteurs du VIH.

Matériel de protection

Positionnement stratégique

Pour une bonne pratique, quelques conseils

Beaucoup considèrent la pénétration comme la pratique sexuelle la plus importante. Réceptive (« passive ») ou insertive (« active ») elle est ressentie de manière particulièrement intense et agréable. Néanmoins, ça ne marche pas toujours sans douleur, en particulier les premières fois.

Lorsque l’on débute sa sexualité, il ne faut accepter aucune pression insistante de l’autre, jusqu’au jour où arrive le bon moment et/ou la bonne personne. Peut-être que celle-ci aura plus d’expérience, et il sera alors possible d’en profiter et de créer un lien de confiance. Si cela va trop vite ou si cela devait être douloureux, il ne fait pas hésiter à le dire et à arrêter. Il est possible que l’excitation soir là mais que l’esprit et le corps ne soient pas assez détendus.

Lorsque l’on pénètre, il faut faire attention à l’autre et se laisser conduire. C’est la personne pénétrée qui fera comprendre s’il faut y aller plus lentement ou plus rapidement, fermement ou profondément. Il faut savoir écouter l’autre, sa respiration ou ses indications, sans forcer et se retirer notamment en cas de douleur. Un dialogue entre les individus et les corps est fondamental dans un rapport.

Ce qui rend la chose agréable?

Le rectum contient d’innombrables cellules nerveuses, extrêmement sensibles. Plus profondément, dans la partie antérieure du corps, se trouve la prostate. Cette glande produit un composant important du liquide séminal et est aussi très sensible au contact. La pénétration stimule ces cellules nerveuses et la prostate, déclenchant comme un feu d’artifice de sensations.

Et si ça fait mal?

La douleur est le signe que tout va de travers. La personne pénétrée doit être totalement détendue. Une ambiance relax et le contrôle de la respiration aide souvent. Les douleurs proviennent fréquemment du muscle anal: en forme d’anneau, il ferme le rectum. S’il n’est pas suffisamment relâché, la pénétration devient douloureuse. Par des massages avec les doigts ou la langue, il est possible de faciliter cette détente.